Amelia Earhart : L’aviatrice de tous les records

Amelia Earhart est née le 24 Juillet 1897 à Atchison au Kansas. Surnommée « Meeley », elle grandit en faisant les 400 coups avec sa soeur, de deux ans sa cadette, prénommée Grace.

En 1920, à 23 ans, elle a l’opportunité d’effectuer son baptême de l’air. Cette expérience la marque à tout jamais ! Ses projets de vie s’en trouvent complètement transformés. Elle rêve désormais de voler à nouveau, de battre des records et de faire évoluer les mentalités…À cette époque, après une expérience en tant qu’apprentie infirmière, elle travaille en tant qu’assistante sociale. Avec son salaire, elle décide de s’offrir des leçons de pilotage avant d’acquérir un biplan Kinner Airstar jaune qu’elle nommera Le Canary.

Deux ans après, le 22 Octobre 1922, à l’âge de 25 ans, Amelia devient une véritable pionnière. Elle bat un premier record d’altitude en atteignant 4300 mètres, une première pour une femme à l’époque !  

En 1928, elle devient alors une légende en devenant la première femme à traverser l’Atlantique en avion ! Le retour aux États-Unis est triomphale mais lui laissera un goût d’inachevé. En effet, elle dût effectuer ce vol en compagnie de deux pilotes, officiellement pour des raisons de sécurité. Devant les journalistes, elle affirme vouloir retenter l’expérience mais en solo. 

Toujours en 1928, elle devient la première femme à traverser les États-Unis en solo, en effectuant un vol aller retour New-York / Los Angeles.

En 1931, elle est déclarée première femme à piloter un autogire, un aéronef à voile tournante libre. Elle en profite pour décrocher un nouveau record d’altitude (15 000 pieds).

Un an plus tard, elle est la première personne à traverser les États-Unis dans ce type d’appareil. Le 20 mai 1932, elle s’envole seule de Terre-Neuve en direction de Paris à bord d’un Lockheed Vega. 14h56 minutes plus tard, elle arrive en Irlande et devient la seconde personne après Charles Lindbergh en 1927 à traverser l’Atlantique en solitaire. Elle est également la première femme de l’histoire à accomplir cet exploit et la première personne à survoler deux fois l’Atlantique.

Pour ses records, elle est décorée de la Flying Cross, devenant la première femme à porter cet insigne. Elle reçoit également la médaille d’or de la Société Nationale Géographique et est décorée le 4 juin 1932 de la Légion d’honneur par le ministre de l’Air Paul Painlevé.

En 1935, elle effectue 3 nouveaux vols spectaculaires. Le 11 janvier, elle est la première pilote à effectuer un vol en solitaire entre Honolulu (Hawaï) et Oakland (Californie). Ensuite, elle effectue, pour la première fois dans l’histoire de l’aviation, un vol en solitaire entre Los Angeles et Mexico.

Et encore une fois, la même année, Amelia Earhart est la première personne à effectuer un vol en solitaire et sans escale entre Mexico et Newark (New Jersey) en 14 heures et 19 minutes. Entre ses différents records, elle assure des tournées promotionnelles pour son livre et donne des conférences publiques.

En 1937, elle se lance dans un projet encore plus ambitieux en souhaitant devenir la première femme à réaliser un tour du monde en avion. Pour ce long voyage, elle est accompagnée du navigateur Fred Noonan. Son projet est de passer par l’équateur, vers l’est, à bord d’un bimoteur Lockheed Electra 10-E.

Le voyage débute le 20 mai mais le 2 juillet 1937, le bimoteur disparait dans l’océan Pacifique. En fin de journée, à 19h12, Amelia et son copilote lancent un premier appel indiquant leur présence. Le message est capté par l’Itasca, un navire des gardes-côtes américains venus sur place à leur rencontre, mais les marins ne virent ni n’entendirent jamais l’avion. Après plusieurs échanges radio, le bimoteur cesse d’émettre vers 20h30 sans laisser de trace.

Bravant les tensions de l’époque avec le Japon, Roosevelt lance de grandes recherches pour retrouver l’avion disparu et ses deux pilotes.

Pendant plus d’une semaine, le cuirassier Colorado et des hydravions fouillent la zone et ses îles alentours. Mais ni les corps ni les débris de l’avion ne sont retrouvés. Les hypothèses se multiplient alors : une noyade, une capture par la marine Japonaise, un séjour dans un camp de prisonniers, une détention…

Le mystère demeure mais nous nous souviendrons d’Amelia Earhart, cette personnalité atypique qui a su marqué de son empreinte l’histoire de l’aviation.

Sa vie flamboyante et sa fin mystérieuse en font une femme incontournable de l’histoire du XXe siècle, l’aviatrice de tous les records et un modèle de ténacité pour toutes celles qui croient en leurs rêves.


Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ma chaîne Youtube

Please connect your site to YouTube via this page before using this widget.

Lettre d’information